Qui sont les femmes qui accouchent sous x ?

Droit de connaître ses origines contre droit d’accoucher sous x…la député UMP Brigitte Barèges a déposé une proposition de loi visant la levée de l’anonymat de ces femmes (environ 680 en 2009) dont on sait peu de chose.

Catherine Villeneuve-Gokalp, chercheuse à l’Ined (Institut national des études démographiques), a mené une enquête entre 2007 et 2009. En voici les principaux enseignements.

ELLE. Ya-t-il un profil type des femmes qui accouchent sous X ?
CATHERINE VILLENEUVE-GOKALP.
L’âge moyen de ces femmes est de 26 ans. Et, contrairement à une idée reçue, les femmes étrangères ne sont pas plus nombreuses. On distingue 3 profils principaux : Les jeunes femmes dépendantes de leurs parents, sans travail ni logement à elles et pas en couple (25%), les femmes seules en grande précarité, qui cumulent difficultés financières et isolement (15%). Enfin, plus inattendu, 25% de femmes indépendantes, qui ont un emploi ou sont en couple et sont plutôt à l’abri des difficultés matérielles les plus aiguës.
ELLE. Quels sont les motifs avancés ?
CV-G.
La question est difficile, car souvent ces raisons sont profondes et secrètes. En cas d’inceste, la femme ne veut pas forcément que cela  se sache. C’est la relation compliqué avec le père de l’enfant qui est le plus souvent évoquée (43%), 28% déclarent que c’est leur situation économique précaire qui les pousse à faire ce geste.
ELLE. Etes-vous en faveur de la levée du secret ?
CV-G.
Je pense que la femme devrait donner son identité mais qu’il faudrait que l’enfant ne puisse y accéder par la suite qu’avec son accord. Si elle refuse, son choix doit être respecté.

ELLE  16 décembre 2011

Questions de société, Vu dans la presse

Les commentaires sont fermés.