La belle histoire de SOS Amitié

1 ère association d’écoute créée en 1961, SOS Amitié vient de fêter  ses 50 ans d’écoute par  téléphone, et maintenant par tchat et par messagerie.

1 800 écoutants répartis dans 50 lieux d’écoute accueillent les appels de 730 000 personnes par an, 24h sur 24h et 7 jours sur 7.

Cette association a organisé en novembre 2011 à Paris la 2ème journée nationale de l’écoute, sur le thème de la solitude. 63 % en effet de ceux qui appellent pour des « problèmes personnels » l’évoquent . (cf. les statistiques 2010 de l’Observatoire SOS Amitié). Il s’agit « de faire comprendre la nécessité d’une meilleure prise en compte de cette belle valeur qu’est l’écoute, que ce soit dans nos relations familiales, amicales ou professionnelles » nous dit sa Présidente, Nicole Viallat.

En octobre 2010, lors de la 1ère  journée nationale de  l’écoute,  M. Jean-Paul Delevoye, médiateur de la République,  s’exprimait ainsi : « la personne qui appelle est souvent écrasée par son fardeau. Le fait qu’on la comprenne ou qu’elle ait la sensation d’être comprise amène l’allègement du fardeau. Dès lors qu’elle est plus légère, elle accepte qu’on la prenne par la main pour commencer à imaginer un parcours qu’elle n’imaginait pas ou à inverser celui qu’elle avait choisi ».

Nadine Gabin, philosophe et psychanalyste poursuivait : «Le langage humain a la capacité à exprimer le possible et pas seulement le réel présent. (…) Il est ce qui permet à l’homme de dominer le vécu, c’est à dire de ne pas y être tout à fait pris ; en parlant, l’homme se distancie et devient ce qu’on appelle un sujet. C’est grâce au langage, en s’adressant à l’Autre, qu’il trouve un secours contre sa détresse foncière et sa solitude.

Parler, écouter, c’est donc protéger et défendre chaque place humaine comme une place forte et tenir le pari de vivre ensemble, un par un ».

Pour Nicole Viallat, l’écoute est un merveilleux moyen de soutenir les êtres humains en situation de détresse.